La formule 1, exemple parfait d’un sport Agile

Date: 29/06/2020| Catégorie: Méthodes agiles| Tags: ,

La Formule 1 (F1 pour faire court) est et a toujours été l’un de mes sports préférés depuis mon enfance. Un engagement extrême, une ingénierie phénoménale et des compétences précises ne sont que quelques-unes des qualités nécessaires pour rivaliser et réussir.

J’avais envie d’écrire cet article depuis un certain temps, après avoir longuement observé certains principes fondamentaux d’Agile fonctionner dans le monde de la F1, ce qui m’amène à croire qu’il n’y a pas de meilleur exemple d’agilité organisationnelle dans le sport. La situation sans précédent dans laquelle nous nous trouvons actuellement – et le chômage partiel pour moi personnellement – a offert la possibilité de réaliser un petit  “brain dump”!

Avant d’entrer dans les détails, permettez-moi d’abord de clarifier ma position. Une clause de non-responsabilité si vous le souhaitez! Je ne suis pas un praticien Agile en tant que tel (c.-à-d. Développeur, analyste d’affaires, chef de projet), mais mon rôle actuel consiste à promouvoir les conseils en gestion de projet Agile et les certifications, et je pense avoir une compréhension décente des principes fondamentaux du fonctionnement et développement Agile.

En bref, je ne prétends pas être un expert Agile de quelque manière que ce soit, sous quelque forme que ce soit. Mais sur la base de ma compréhension des principes de base, je vois des similitudes frappantes entre le monde de la F1 et la façon de travailler en mode agile. De plus, je suppose que les lecteurs ont une compréhension préalable des principes fondamentaux de l’agilité organisationnelle.

F1 pour les non-initiés

Les lecteurs de cet article ne seront pas forcément fan de Formule 1, il est donc important de poser les bases. La Formule 1 est le summum du sport automobile mondial composé de 10 équipes (constructeurs), chacune avec deux pilotes. Souvent présentée comme le cirque itinérant le plus extravagant du monde, la compétition voit des équipes parcourir le monde en courant dans plus de 20 pays différents, chacune contribuant aux deux couronnes majeures du sport: les constructeurs (pour les équipes) et les championnats du monde des pilotes.

Les équipes dépensent des millions chaque saison pour concevoir et construire leurs voitures, et rechercher continuellement des gains de performance au cours de la saison. Dans la plupart des milieux, quelques dixièmes de seconde semblent assez insignifiants, mais dans le monde du sport automobile – en termes de déficit par rapport à vos concurrents – c’est un écart important à combler. Un déficit de deux dixièmes pourrait faire la différence durant les qualifications et le pilote se retrouver en 5è ou 6è position sur la grille de départ, plutôt qu’être en pôle position.

Qu’est-ce qui rend la F1 si agile?

Une saison de F1 est une course au développement, entraînant une nécessité d’adaptation constante et d’évolution pour améliorer la compétitivité.

Pendant la pré-saison, les équipes développent leurs derniers challengers grâce à une conception et une simulation approfondies, soutenues par des tests en piste limités. Les équipes arrivent à la première course de la saison avec les fruits de leur travail de développement d’avant saison. Mais c’est loin du produit fini. Les voitures de F1 sont des prototypes constants; tout au long de la saison, les voitures évoluent continuellement grâce à des modifications mécaniques et aérodynamiques.

Dans cet article, je me concentre sur trois principes Agile fondamentaux – le produit minimum viable, les tests utilisateurs et le développement itératif – et comment je les vois dans le monde de la F1.

La voiture lors de la première course: le produit minimum viable (MVP)

Malheureusement, il ne suffit pas de payer vos frais d’inscription et d’amener votre boîte à savon glorifiée à la grille de départ. Il existe des réglementations détaillées couvrant tous les aspects de la conception et du développement des voitures de F1, de l’unité motrice qui entraîne les roues aux configurations complexes d’aérodynamisme et de suspension qui déterminent les performances fondamentales d’une voiture.

De plus, les règles exigent que vous soyez compétitif. Pour qu’une équipe et un pilote prennent leur place sur la grille de départ de chaque course, les règles stipulent que vous devez afficher un temps de qualification inférieur à 107% du temps de la pôle position.

Les voitures qualifiées pour l’ouverture de la saison doivent :

  1. Adhérer aux règlements techniques du sport; et
  2. Être compétitives (c.-à-d. réaliser un temps au tour dans les 107% du temps de la pôle position)

Alors vous obtenez votre produit minimum viable pour faire de la F1. Mais ce n’est que le début; jamais dans l’histoire du sport une équipe n’est arrivée aux tests ou à la première course avec la voiture parfaite pour toutes les manches du championnat qui a suivi. Les équipes savent que ce concept initial est simplement la base d’un développement continu et d’un réglage minutieux.

Le pilote: test utilisateur

La F1 moderne est basée sur les données. Une incroyable gamme de capteurs orne la voiture de F1 moderne, mesurant tout, des températures des pneus, à la suspension, en passant par l’aérodynamisme et les performances du moteur. Cette gamme de capteurs permet aux équipes de collecter d’énormes quantités de données au cours d’un week-end de course (bien plus de 3 téraoctets en fait!), révélant divers aspects des performances de la voiture et mettant en évidence les domaines potentiels d’amélioration.

Mais il existe un «capteur» supplémentaire, un peu plus grand, qui offre une rétroaction supplémentaire considérable sur les performances – le pilote.

Le pilote est comparable à l’utilisateur d’un logiciel ou d’un produit livré par un projet Agile ou une équipe de développement. Et comme tout Agilist le sait, les tests et les feedbacks des utilisateurs sont essentiels.

Ce n’est pas différent en F1. Alors que les équipes bénéficient d’énormes quantités de données via les capteurs décrits ci-dessus, tout revient au conducteur. Si toutes les données suggèrent que vous avez la voiture parfaite, mais que le conducteur n’est pas en mesure d’extraire les performances perçues, vous avez un gros problème. Bien que les capteurs soient excellents, ils ne remplacent pas les sentiments ressentis par un être humain à des vitesses de virage hallucinantes et voyageant à plus de 300 km/h à quelques centimètres au-dessus du sol.

Le conducteur (utilisateur) et ses retours/commentaires sont donc cruciaux pour le développement et la mise à niveau de la voiture, tout comme les commentaires des utilisateurs sont essentiels pour aider une équipe de développement à concevoir un nouveau progiciel.

Évolution constante et développement itératif

Tout aussi rapide et furieuse que la bataille sur la piste, la course pour apporter des mises à jour aux voitures et surpasser ses rivaux tout au long de la saison est souvent le moment où les championnats sont gagnés et perdus.

Il y a un désir romantique parmi nous, les passionnés de voir les championnats remportés uniquement grâce à l’habileté des pilotes ou à la brillance du concept technique initial, mais la réalité de la F1 est que le succès nécessite un troisième élément: la vitesse à laquelle l’équipe peut se développer à travers le saison et réinventer continuellement leur voiture.

Les ingénieurs sont constamment à la recherche d’améliorations pour gagner ces millisecondes vitales et améliorer d’autres domaines clés de performance tels que la stabilité et la fiabilité. Une voiture sera rarement la même d’une course à l’autre. Avec (actuellement) 21 courses au cours d’une saison de 8 à 9 mois, il y a une quantité phénoménale de développement itératif en cours.

Chaque tour au cours d’un week-end de course (trois séances d’essais, les qualifications et la course) fournit les données que les équipes et leurs ingénieurs utilisent pour affiner la configuration et les composants de la voiture, générant un flux constant de mises à niveau. L’évolution et le développement sont constants. Si ce n’est pas le cas, les chances de victoires sont inexistantes en F1.

 Le besoin de s’adapter, et vite.

L’un des défis fondamentaux de toutes les courses est qu’il n’y a pas deux circuits identiques. Similaire, peut-être, mais certainement pas le même. Ces différences peuvent affecter fondamentalement les performances et le temps au tour d’une voiture par rapport à ses concurrents.

Considérez le circuit de Monza en Italie, dominé par de longues lignes droites avec un nombre limité de virages, par rapport à l’étroitesse des voies, sinueuses et bordées de rails du circuit temporaire empruntant les rues de la ville de Monaco. Chacun nécessite une configuration fondamentalement différente pour la voiture, de la cartographie du moteur à l’aérodynamique. Même la nature de la surface asphaltée de la piste aura un impact sur les performances de la voiture, en particulier sur la façon dont elle entretient ses pneus; crucial pour les performances tout au long de la course.

A cela s’ajoute un autre facteur majeur en jeu – la météo! Les voitures fonctionnent et se comportent très différemment en fonction de la piste et des conditions climatiques (par exemple, surface de piste chaude / froide, piste mouillée / sèche, vitesse du vent, etc.).

La nature variable des défis spécifiques de chaque week-end de course tout au long de la saison exige un niveau d’adaptabilité plus élevé, sans doute, que tout autre sport. Les équipes de F1 le savent et s’adaptent.

Sommaire

Les équipes de Formule 1 et leurs opérations ont considérablement évoluées au fil des années pour devenir hautement efficaces et adaptables, permettant un développement rapide et une évolution constante de leurs voitures et de leurs performances. Les organisations, les dirigeants et les équipes ont beaucoup à apprendre de l’agilité en F1.

Les principes agiles sont sans aucun doute prédominants dans de nombreux autres sports, mais j’ai du mal à penser à un autre qui démontre les principes Agiles à une telle échelle. Je n’ai exploré ici que quelques-uns des principes fondamentaux de l’agilité. J’aurais sans doute pu aller beaucoup plus loin avec la planification, les sprints, les backlogs, etc. Peut-être lors d’un prochain article!

Article original publié en mai 2020 et reproduit avec l’aimable autorisation de Mark Constable, APMG International. Traduit par QRP International en juin 2020.

Mark Constable

 Mark Constable

Mark est responsable marketing chez APMG International et travaille en étroite collaboration avec l’Agile Business Consortium sur la promotion des Bonnes Pratiques, des formations et des certifications Agile pour les professionnels de la gestion de projet, de programme, Scrum et les business analysts.

Newsletter

Abonnez-vous à la newsletter QRP International pour recevoir des articles, du contenu utile et des invitations pour nos événements à venir.

QRP International utilisera les informations que vous fournissez dans ce formulaire pour vous envoyer des e-mails. Nous aimerions continuer à vous tenir informé des dernières actualités et contenus innovants et informatifs. Ces contenus sont conçus pour vous aider à être plus efficace dans votre rôle et conserver, mettre à jour vos compétences professionnelles.

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien qui se trouve en bas de chacun de nos e-mails ou en nous contactant à marketing@qrpinternational.com. Nous traiterons vos informations avec respect. Pour plus d'information sur notre politique de confidentialité, visitez notre site internet. En cliquant ci-dessus, vous acceptez que nous puissions traiter vos informations conformément à ces termes.

We use Mailchimp as our marketing platform. By clicking below to subscribe, you acknowledge that your information will be transferred to Mailchimp for processing. Learn more about Mailchimp's privacy practices here.